LOGIN
Identifiez-vous ou créez un compte
Avatar
Pas encore de compte?

Enregistrez-vous. C'est gratuit. Vous profiterez ainsi de toutes les fonctionnalités du site

Réinitialiser mon mot de passe - Me rappeler mon identifiant

Identifiant
Mot de passe
Se souvenir de moi

A retenir :

Le journal interne est un travail conséquent qui appelle la mobilisation des énergies pour assurer une alimentation régulière des informations.
Il implique la mise en place d’une organisation - même légère - et de procédures d’exécution pour garantir un contenu de qualité.
L’objectif qui lui est assigné est à la fois simple et ambitieux : être lu…

la CPCA Alsace SARA propose une formation "Les outils de communications gratuits sur internet". Renseignements et inscriptions rubrique formations du site.

Aujourd'hui, le journal interne est souvent une newsletter diffusée par mail, de conception et de diffusion plus facile et plus économique qu'un journal "papier" !

Dès que l’association regroupe plusieurs dizaines d’adhérents, surtout si ces derniers sont dispersés géographiquement, le journal interne devient un outil indispensable. Il permet la diffusion régulière d’informations à la fois verticales et horizontales.

Exemple : décisions et prises de positions d’une part, comptes-rendus d’activités sur le terrain d’autre part.

A la différence d’un journal local, les informations qu’il contient concernent directement l’association (sans interprétation approximative). En effet, c’est l’association - à travers son comité de rédaction - qui tient la plume)

Avoir un projet

  • La conception, puis la réalisation d’un journal interne ne sont pas chose facile.
  • La réussite suppose un projet fort et la volonté d’inscrire ce projet dans la durée.
  • La détermination du bureau de l’association relayée par une petite équipe de réalisation est prioritaire.


Un comité de rédaction

La réalisation d’un journal interne implique la mise en place d’un comité de rédaction dont l’importance est tributaire de la taille de l’association, du nombre de page retenu et de la périodicité.

Piloté par le responsable de l’association ou par celui de la communication, sa mission est d’organiser le contenu du journal, s’assurer les collaborations internes - et parfois externes - , fixer les délais et veiller à la fabrication.

Selon les budgets disponibles et le savoir-faire éventuel de certains adhérents (sans oublier leur disponibilité) la mise en page peut être assurée directement par l’association, l’impression pouvant être confiée à un imprimeur.

L’aide des correspondants

Dans les associations dont l’implantation géographique est importante (régionale ou nationale), il est bon de s’appuyer sur un réseau de correspondants qui fourniront des idées d’articles ou qui rédigeront des comptes-rendus sur les activités de leur ressort.

La périodicité

  • Le journal interne s’imposera d’autant mieux qu’il deviendra un rendez-vous régulier pour les membres de l’association.
  • La périodicité est fonction du volume d’information, lui-même dépendant de la taille de l’association. Cela dit, en dessous de quatre parutions par an, le processus de fidélisation devient aléatoire.


Mieux vaut réaliser quatre numéros de quatre pages chacun que deux numéros de huit pages, ne serait ce que pour éviter de faire paraître de très vieilles informations.

Un titre

On ne saurait trop recommander d’attacher une importance particulière au titre, bannière à la fois du journal interne et de l’association.
Attention aux fautes de mauvais goût : « L’échec » ne saurait constituer le titre d’un journal d’une fédération de clubs de joueurs d’échecs.
Si possible, essayer aussi de dépasser le stade de la platitude : « le journal de ... » ou « association x- infos ».
Un bon moyen pour trouver un titre original consiste à organiser une réunion sur ce thème et à demander à chaque participant de venir avec cinq ou six suggestions : soit l’un d’entre eux va s’imposer, soit par tâtonnement un nouveau titre va apparaître de la confrontation des suggestions. Pour finaliser le choix, tester le titre retenu auprès des membres de l’association qui n’auront pas été dans la confidence et qui auront donc un oeil neuf.

Une structure

Comme dans la presse « externe », le journal interne doit obéir à certaines règles d’organisation pour fidéliser son public. Les rubriques sont placées au même endroits d’un numéro à l’autre. Elles diffèrent selon la spécificité de l’association, son importance et son implantation géographique (une ville, un département, une région etc.).

Au delà de ces différences, un canevas s’impose :

  • un édito : C’est le « la » du journal interne. Il mettra en avant une priorité de l’association, il prendra position par rapport à une décision gouvernementale, un vote de l’assemblée nationale ou d’une instance régionale, départementale ou municipale, il réagira par rapport à un événement etc.
  • des rubriques : Tout peut être envisagé, des comptes-rendus de manifestations écoulées à l’annonce d’événements en passant par des dossiers techniques ou des conseils. Les rubriques peuvent obéir aussi à des découpages géographiques pour des grandes associations.
  • des « petites rubriques » : Ce sont souvent les plus lues, parce qu’elles rassemblent des informations pratiques (calendrier, heures de permanence, nominations, adresses d’organismes importants pour les membres de l’association, etc.).


De bonnes illustrations

Comme tous les supports écrits, un journal interne est vu avant d’être lu, d’où l’importance des illustrations (photos ou graphiques). Il est préférable de montrer des activités qui témoignent de l’activité de l’association que des « rangs d’oignons » en assemblée générale.

Un style alerte

Les membres de l’association sont des lecteurs comme les autres et seront d’autant plus intéressés par le contenu du journal interne que sa lecture sera aisée. Pour cela, le style doit être alerte, c’est-à-dire simple et sans emphase. C’est au comité de rédaction d’y veiller.
Dans la majorité des cas, la majorité des participants au journal accepte correction et modification des textes fournis.

La feuille d’information

A défaut d’un véritable journal interne, les associations ont tout intérêt à réaliser une feuille d’information, moins « lourde » à fabriquer. Une simple feuille A4 pliée en deux, publiée une fois par mois, peut s’avérer extrêmement efficace, tout simplement parce que la lecture est rapide et que l’essentiel s’y trouve.


Pour vous aider :
MAISON DES ASSOCIATIONS DE STRASBOURG